Legend Of Hera

Forum rpg sur le thème de Final Fantasy 9
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand le chat n'est pas là, les souris dansent.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Quand le chat n'est pas là, les souris dansent.   Sam 10 Aoû - 19:26


Ton identité


Nom : Inconnu
Prénom : Rahne
Race : Creimire (Bloumécienne)
Âge :  22 ans
Sexe : Féminin

Classe : Invokeur
Statut social : Prêtresse du Désert
Arme principale : Aucune
Type de magie : Magie rythmique / Magie chimérique
Sorts/Techniques :
Miasme protecteur [danse] : Un miasme tournoie autour des membres de l'équipe, amoindrissant ainsi à leur encontre les dommages portés par les attaques physiques et magiques.
Brise curative [danse] : la danse de Rahne guide les vents depuis l'Yfa emportant avec eux des graines qui régénèrent en petites quantités la vitalité de ses alliés.

Prière à Ouroboros : Rahne prie Ouroboros, l'esprit du vent septentrional, de lui venir en aide et celui-ci lui envoie un de ses dragons bleus.
=>  Charge draconique : le serpent ailé se rue, gueule la première, sur un ennemi. Un coup qui ne pardonne pas en général.
=> Chant du Wyvern [zone]: le dragon bleu hurle un cri strident, ce qui fait frémir les lieux, faisant tomber tous les sorts de soutien des ennemis.
=> Souffle du Wyvern [vent/zone] : le dragon déploie ses ailes et déroule son cou avant d'entonner son souffle. Celui-ci emporte tout sur son passage.


Personnage sur l'avatar : Fan art de FF9 réalisé par Kithsune-sama

Ce que tu vois dans ton miroir

Je fus réveillée par les premier rayons du soleil qui inondaient ma chambre. En me levant, par la lueur de mes yeux violet dans le miroir attira mon attention. Je m'approchais de la glace afin de remettre convenablement les mèches de ma longue chevelure au blanc immaculé. Chez les Creimires, c'est une couleur assez répandue, tout comme ma peau grise. Je revêtis les habits traditionnel des Prêtresses de Cleyra. Je commençais par mettre le collier en or pour me permettre d'enfiler les fameuses flanelles rose et orange qui nous distinguaient tant des autres citoyens de Bloumécia. Elles laissaient les avant-bras, le ventre et les mollets dénudés, une ceinture à boucles venant fixer le tout. Je terminais en passant mes bracelets dorés et clinquants qui rythmaient des fois nos danses après avoir habillé mes mains et mes pattes de gantelets mauves. Puis, j'appuyai sur le gousset d'un flacon : une légère odeur de rose se déposa sur mon cou. En même temps, je m'observais une dernière fois dans le miroir, m'attardant en particulier sur mes oreilles pointues. J'eus un sourire de soulagement. La boucle bleue qui ornait mon oreille gauche était toujours là. Elle se composait de trois arcs bleus qui formait une cercle dont le point central poinçonnait le creux de mon oreille, le tout représentait le symbole du vent en perpétuel mouvement. Elle paraissait si petite. Pourtant, elle comptait tellement pour moi. Elle me donnait une place, ici, à Cleyra. « Encore une belle journée qui commence, » déclarai-je de ma voix fine et piquante. Je partis ensuite rejoindre mes consœurs au réfectoire.


Comment le monde te voit

En tant que Creimire, j'éprouve un fort sentiment de solidarité avec les miens. Chez nous, la famille est une notion plus vaste que chez les humains et ce qui sera vu par ces derniers comme de la promiscuité est juste une façon de vivre pour nous. En revanche, ayant reçu une éducation cleyrane, je ne partage pas l'art de la guerre propre aux habitants de Bloumécia ainsi que leur conception de l'honneur qui pousse au duel. Au contraire, je prône la non-violence dans la mesure où elle respecte la vie selon la philosophie du Grand Arbre. En outre, j'essaie toujours d'être aussi sage que le Grand-Prêtre nous le conseille et d'apporter mon aide à ceux qui en ont besoin.


Ce qui a fait de toi ce que tu es

Je m'appelle Rahne. Mon prénom est tout ce qu'il me reste de mon passé. Je n'ai aucun souvenir de mes parents. On m'a raconté que je provenais d'une famille nombreuse de Bloumécia. À cinq ans, mes pauvres parents m'ont laissée au clergé suite à l'incendie qui a ravagé notre foyer, dans l'espoir de subvenir à mes besoins et de me donner un avenir viable. Je ne leur en veux pas du tout. Ils m'ont sans aucun doute sauvée de la misère. Je fus envoyée ensuite à Cleyra où j'ai grandi parmi les moines et sœurs. Là-bas, la vie était si paisible... Un véritable cocon. Je passais mes journées à chanter et à danser pour louer les dieux de m'avoir offert cette vie protégée de la cruauté du monde. Le clergé m'a également inculqué des valeurs comme la non-violence et la charité. Ce faisant, j'embrassais sans même m'en rendre compte la vocation de Prêtresse du Désert. Notre rôle est de préserver l'Arbre de Vie en invoquant la Tempête de Sable protectrice ainsi que d'assurer la sécurité du Grand Prêtre et des oracles.

Lors de ma quinzième année, on me fit passer ma prêtrise. Pour cela, on m'envoya au sommet d'une montagne non répertoriée en ayant pour seul mot d'ordre de revenir avec une boucle d'Ouroboros, l'esprit du Vent du Nord. L'épreuve était quitte ou double : soit j'en ressortais vivante ou bien je mourrais. Il fallut que j'arpente des chemins enneigés avant de me retrouver sur un lac gelé qui était surplombé par le dernier pic neigeux de la montagne. Sur la surface verglacée campait une horde de dragons bleus. Ils se serraient les uns contre les autres pour se tenir chaud. Parfois, un serpent ailé se montrait hargneux et mordait un de ces congénères. D'autres avaient la queue plongée dans le lac pour appâter le poisson. Il me fallait atteindre l'autre rive du lac pour entrer dans le sanctuaire. J'étais tout simplement effrayée. Leur mâchoire était si grande qu'ils auraient pu m'engloutir d'un seul coup. Malgré tout, dans un total abandon de moi-même, je me mis à déambuler parmi les carnassiers en m'en remettant à ma foi. J'essayais de me tenir le plus possible à l'écart des ces immenses créatures. Je devais parfois esquiver quelques attaques, mais comme les dragons somnolaient, leurs coups n'étaient pas assez vifs pour me toucher. Malheureusement, à mi-chemin, la glace se craquela sous mes pieds et un dragon qui pêchait par là perdit sa prise. Il se dressa immédiatement devant moi, furieux. Il déploya les ailes et ouvrit la gueule dans un rugissement haineux. Le regard enragé, le serpent ailé était résolu à me dévorer. Terrorisée, je me figeai sur place. Il approcha son museau de moi et me renifla. En un instant, tous mes vêtements et les moindres parcelles de mon corps furent humés dans son système olfactif avant d'expirer des effluves acres et chaudes. Sa gueule était alors à quelques centimètres de moi. Je ne pouvais m'empêcher de trembler en sa présence. Cependant, je maintins le regard sur le sien. J'étais comme fasciné par cette créature sauvage, indomptable. Je me rendis compte que lui aussi me fixait avec ses énormes iris fauve. Peut-être que le dragon à la peau bleue était également captivé par moi. Dans un élan complètement inconsidéré, je posai ma main sur son crâne. Sa peau était lisse et froide. Puis il battit des ailes, projetant dans le même temps des bourrasques de vent. Le dragon s'arracha peu à peu de la gravité terrestre pour finalement fondre sur moi. « NOOOON !!! » criai-je de toutes mes forces. Il m'attrapa avec ses serres avant de s'envoler plus haut dans les airs. Je croyais qu'il voulait me manger mais pour je ne sais quelle raison, il me lâcha sur le ponton d'une grotte au sommet du pic montagneux pour se tenir à son tour sur la brèche.

J'entrai quelque peu confuse dans la caverne. Je descendis alors une pente dans une pénombre peu rassurante. Je pouvais entendre l'eau ruisselée entre les roches. En bas, s'ouvrait un portique orné de reliefs tout en sobriété. Je fis irruption dans une grande salle circulaire qui luisait par la présence d'un énorme cristal au plafond, telle le pistil massif d'une fleur imbibée d'encre bleu. Les murs de la pièce étaient gravés de multiples courbes, de nuages et d'éclairs, autant de représentations dédiées aux cieux. Le sol répondait au plafond par un spirale qui s'élevait un peu en son centre. Mais ce qui m'interpellait le plus était l'imposante épée courbe et le bouclier posés de chaque côté du grand - du si grand - trône en marbre qui se tenait à l'autre bout de la salle et l'être majestueux qui siégeait dessus.

« Approche, vierge de Cleyra, » entonnait un timbre guttural qui résonna dans toute la caverne.

Je m'exécutai aussitôt en avançant au centre de la salle. Je pus alors admirer l'esprit du Vent du Nord, un dragon supérieur à deux cornes revêtu d'une magnifique armure. Sur son plastron était peint le symbole du vent perpétuel.

« Tu as su amadouer l'un de mes serviteurs en lui témoignant du respect. Ce qu'il a sentit en toi, c'était la volonté de vivre plus que tout. Garde cela à l'esprit ! À présent, accepte ce dont pourquoi tu es venu. »


Une larme perla du cristal situé au plafond et chut si doucement que son passage scintillait d'un filament bleue. Je réceptionnais la perle dans le creux de mes mains et je me rendis compte qu'il s'agit d'une boucle à cheveux semblable au dessin figurant sur le plastron d'Ouroboros.

« En recevant ce reliquat, je te reconnais comme Prêtresse de Cleyra et tu obtiens ma protection. »

Après quoi, un dragon bleu me ramena au belvédère de Cleyra. La seule vue du serviteur d'Ouroboros signalait à tous la réussite de mon épreuve. La communauté et moi festoyèrent toute la nuit. Le lendemain, je prenais mes fonctions de Prêtresse du Désert. Je relayais mes sœurs pour l'invocation de la Tempête de sable. Entre temps, j'entretenais les allées de Cleyra ou renvoyais les monstres au sein du Tronc du Grand Arbre. Parfois, j'exécutais des missions ordonnées par le Grand Prêtre de Cleyra.

Lors de ma vingt-et-unième année, le Grand Prêtre m'ordonna de transmettre une missive de toute urgence au Roi de Bloumécia. J'allais être à nouveau confrontée à l'hostilité du monde. Une fois arrivée à la cité de la pluie éternelle, j'appris que le message alertait le roi d'un mauvais présage. Alexandrie allait anéantir notre Royaume. Le Roi demeurait sceptique quant à cet avertissement mais demanda néanmoins que je reste aux côtés de ses hommes pour que je prête main-forte. Je ne pouvais refuser cette requête du Roi. Il en allait également de la bonté du Haut-Prêtre et de la sauvegarde de Cleyra. Quelques jours plus tard, Alexandrie ne manqua pas d'attaquer la Cité-État. Je pus constater les ravages de la guerre. Mort et destruction étaient au rendez-vous. Mais une plus grande douleur était à venir : la dévastation de Cleyra. En un instant, le Grand Arbre, le Roi, le Grand-Prêtre et toutes les personnes à qui j'étais attachée disparurent par le souffle du cataclysme. C'était ma mission d'être à leurs côtés pour les défendre. Au lieu de cela, je pleurais de regrets parmi les blessés et les ruines de Bloumécia, faisant de moi l'une des dernières prêtresses de Cleyra encore en vie.

Suite à l'anéantissement du Royaume, ce qu'il resta de la population fut obligée de s'expatrier en majorité vers Lindblum ou vers des refuges autres qu'Alexandrie. C'était le temps de la diaspora creimire. Dernière représentante de l'héritage cleyran, je procurais des blessés de guerre ou viens en aide aux miséreux. Il y avait beaucoup d'orphelins sur qui il fallait veiller. Malheureusement, Lindblum fut à son tour attaquée, il fallut à nouveau prendre la fuite. Je ne fis que cela pendant toute année. Secourir et réunir mes semblables ainsi que fuir la violence des combats. Il y eut de nombreux moments de désespoir et de haine. Des sentiments que je n'avais jamais éprouvés jusque-là. Je ne pensais jamais voir le bout de ce tunnel si sombre.

Un jour, ce cauchemar prit fin. Alexandrie arrêta sa chasse et le jeune Roi Puck appela à la refondation du Royaume de Bloumécia. Je repris alors le chemin vers mon pays natal avec la ferme résolution de le maintenir en paix.
Ce qui se cache derrière son pc

Mes surnoms : Mystique.
Mon âge : -
Règlement approuvé ? Oui, je le fais tout de suite.

Comment j'ai connu ce forum : à partir d'un top-site.
Comment je le trouve : J'aime son design et je le trouve prometteur.

Autre chose à dire : -

Revenir en haut Aller en bas
Nightmare
Admin
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 21
Localisation : Mon nom ne suffit pas ?

Feuille de personnage
Niveau: ???
Experience:
0/0  (0/0)
Sorts:

MessageSujet: Re: Quand le chat n'est pas là, les souris dansent.   Dim 11 Aoû - 8:46

Bonjour et bienvenue, une fois de plus.

Une prêtresse du vent, assez original comme idée, tu risque de bien t'entendre bien avec Shanor mais bon, ça c'est une autre histoire xD Pour ce qui est de la fiche par contre, je n'ai pas grand chose à dire si ce n'est qu'elle est bien, le quotas de ligne est respecté et au niveau de l’orthographe il ne reste que de très légères. Tu mérite donc ta validation !

Procédons maintenant au lancé de dés pour voir si ta bourse sera remplie ou non pour le début de ton aventure ! Comme d'habitude, je fais le jet de chez moi en le retranscrivant avec la plus grande sincérité. Résultat : 6+6+5+1=18 soit un total de 1800 gils ! C'est un bon score !

N'oublie pas de créer ton livre de sort et, pour le reste, passe de bons moments parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff9rpg.forumactif.org
 
Quand le chat n'est pas là, les souris dansent.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legend Of Hera :: Le centre d'accueil :: Vos papiers s'il vous plait :: Voici votre laisser-passer-
Sauter vers: