Legend Of Hera

Forum rpg sur le thème de Final Fantasy 9
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ashelia Von Rosenburg, Princesse de Caralyan

Aller en bas 
AuteurMessage
Ashelia Von Rosenburg

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 07/08/2013
Age : 22

Feuille de personnage
Niveau: 1
Experience:
10/100  (10/100)
Sorts:

MessageSujet: Ashelia Von Rosenburg, Princesse de Caralyan   Jeu 8 Aoû - 2:30







Rose of May FF9 by KateTheGreat19 on Grooveshark

Ton identité


Nom : Von Rosenburg
Prénom : Ashelia
Race : Humaine
Âge : 19 ans
Sexe : Féminin

Classe : Invokeur
Statut social : Noble
Arme principale : Sceptre
Type de magie : Magie Blanche • Invocation
Sorts/Techniques :

  • Invocation de Madeen : Lion ailé ayant pour attribut le sacré.
  • Invocation de Médée : Sorcière voilée ayant pour attribut les ténèbres.  
  • Soin
  • Contrepoison


Personnage sur l'avatar : Fanart de Sakimichan

Ce que tu vois dans ton miroir


L'euphorie de sa naissance n'eût aucun mal à se trouver une raison, on la disait rayonnante comme le jour mais à proprement parler et selon les rumeurs, Ashelia s'apparentait davantage à une pluie astrale sur fond ténébreux d'une nuit pleine d'obscurité. Son âme ternie par un malheureux destin ne faisait pas défaut à ce corps pourtant si bien doté, Mère Nature avait su se montrer généreuse envers la descendante de la maison Rosenburg et ce n'était pas sans déplaire à ses domestiques. De robes d’apparats et de beaux bijoux était faite sa garde de robe, elle n'était pas mondaine pour rien et la concurrence si rude exigeait une penderie bien remplie et un renouvellement régulier dans le choix de ses tenues. En outre, Ashelia n'était pas le genre de femme à se laisser envahir par l'envie d'être une souillon malgré sa passion pour la culture et l'Histoire de sa nation, elle considérait cette passion comme un outil utile en politique, le passé servant d'exemple au futur. Elle aimait les belles robes, elle aimait plaire aux autres mais c'était là une nature bien ancrée dans la plupart des jeunes aristocrates en quête du prince charmant dans leur extrême naïveté et bien que ce rêve se soit estompé, elle appréciait toujours le fait d'attirer les regards mais n'était-ce pas là une norme fondamentalement aristocrate ? Dans l'espoir de dissimuler une triste mine d'un jour ou d'exalter ce qui n'avait pas vraiment besoin de l'être, elle aimait se faire dorloter par femmes de chambre et dames de compagnie, séance de maquillage et oeuvre capillaire faisaient partie de son quotidien.

Si l'Homme n'avait pas inventé le tissu et le maquillage, en aurait-elle seulement souffert ? Faisant preuve d'une sveltesse à tout épreuve et munie de formes avantageuses en tout point elle était là une digne fille de la nature, elle avait hérité de toute la générosité que celle-ci pouvait lui offrir et elle ne s'était pas gênée pour en récolter tous les bienfaits. D'une bouche pulpeuse et bien dessinée, d'une paire de prunelles bleutées en amande et de pommettes saillantes se constituaient un visage si jalousement contesté, elle pouvait se targuer de faire parler d'elle mais était-ce seulement en bien ? Les ragots pullulaient dans ce milieu si fermé où la jalousie faisait partie du quotidien de nombre de ses membres, plus charismatiques les uns que les autres et pour qui l'argent n'était pas un problème. Son opulente chevelure argentée descendait en cascade le long de ses épaules aux couleurs douces  d'où s'exhalait un parfum printanier et sucré, agréable à l'odorat mais si succulent en bouche. La mort de ses parents avait assombrit cette oeuvre de la nature mais selon tout point de vue, n'était-ce pas sans lui apporter une pointe de réalité ? L'obscure haine qui ravageait son coeur n'était pas sans lui donner ce côté si humain qui pourtant lui conférait un caractère de sainteté auprès d'autrui, un peu comme une relique qu'il ne valait mieux pas blesser.



Comment le monde te voit



Douce comme le jour, telle était Ashelia, fille d'Adoras Von Rosenburg et de Irysviel Von Einzberg, une fleur parmi des ronces de jachères et des mauvaises herbes. La jeune fille tenait de son père la subtilité et la sagesse, enfin tout était question de point de vue mais elle avait le don d'enchanter les hommes et de faire bon usage de ces dîtes qualités, le tout étant de savoir si son charisme pesait davantage vers ses formes avantageuses ou sur sa juste réflexion mais tant que le résultat était là, à quoi bon s'inquiéter de sa provenance ? De sa mère elle avait hérité de la finesse d'esprit et de la douceur maternelle, non pas qu'elle soit déjà mère à son âge mais elle portait envers son petit frère une grande dose d'affection depuis la mort de ses parents. Ashelia, conformément aux exigences de son rang, est passionnée par tout ce qui attrait à l'art comme l'écriture ou la peinture et bien évidemment la musique dont elle raffole tout particulièrement, les bals auxquels elle avait participé la charmait tous de leur mélodie enivrante. Trésor d'un antique passé, la tradition exigeait que dans la noble maison des Rosenburg, l'aîné de chaque famille établisse son lien avec une invocation. Dans le sang des Rosenburg coulait celui des ancestraux invocateurs de l'ancien monde, une particularité qui leur avait permis de hisser à la tête de leur cité et d'en garder le contrôle. Ce n'était pas sans lui déplaire, elle qui était farouchement curieuse et désireuse de posséder la puissance des dieux, non pas pour la tyrannie mais bel et bien pour l'expression de sa noblesse et de sa sagesse, de toute façon elle y était confrontée quelque soit son avis par les règles et les normes de sa noble maison.

On pourrait continuer d'étaler les qualités de la jeune fille mais ce serait mentir que de dissimuler les défauts qui la caractérisent tant et si bien, elle a beau être la parfaite lady que ses parents souhaitaient, elle n'en reste pas moins humaine. Dans son excès d'intelligence, Ashelia pouvait s'avérait exigeante voir manipulatrice, elle aime diriger et être écoutée, sans doute les avantages de son aînesse. Ce défaut avait néanmoins un prix, à cela on pouvait ajouter son côté capricieuse, souvent en accord avec un refus d'obtempérer qui résulte du défaut précédent et face auquel elle pouvait se montrer, comment dire, diabolique ? L'aristocrate pouvait au moins se targuer de posséder le pire défaut mais qui pourtant avait sauvé bien des vies, elle savait se montrer téméraire lorsqu'il le fallait, c'est à dire tout le temps. On lui avait appris à acquiescer et charmer son entourage mais elle s'était appris à elle même qu'il valait mieux gouverner et décider que de se laisser pousser par les choix d'autrui, c'était d'ailleurs dans cette optique qu'elle acquit son héritage, le trône de Caralyan. Pour finir, la mort de ses parents lui avait apporté le goût surprenant et salé de la hargne, elle portait dans son coeur la douleur infinie d'une fin et elle s'était promis de faire tout ce qui était en son pouvoir pour accéder au moindre de ses désirs. Malgré cette tristesse et cette froideur ambiante qui flottait au dessus d'elle, elle savait se montrer heureuse et chaleureuse mais là encore à bon escient, elle n'était pas le genre de femme à faire dans l’excès.



Ce qui a fait de toi ce que tu es



Il étais une fois, née sous l'égide des cerisiers en fleur et de la douceur printanière, recluse dans la cité de Caralyan, dans un palais d'orfèvres, la douce et tendre Ashelia. Sa vie n'avait pas toujours été facile malgré ses nobles ascendances mais elle avait le mérite d'avoir survécu et d'être encore vivante, contrairement à ses parents décédés d'une étrange maladie. Elle aurait aimé leur dire à quel point elle les aimait mais il était maintenant trop tard, leur oncle s'occupait d'eux comme auraient pu l’espérer Adoras et Irysviel, elle avait grandi depuis cette époque où papa et maman résonnaient encore dans sa petite bouche enfantine. Cette chanson n'avait de cesse d'hanter ses esprits, la berceuse d'une enfance passée et du souvenir parental qui jamais ne s'effacera, elle n'était rien pour le commun des mortels mais elle symbolisait bien plus pour la jeune Rosenburg. Cette chambre qu'elle occupait ne semblait pas vouloir lui donner l'opportunité d'oublier ce mal, chaque objet lui rappelait son passé, son enfance, la mort de son papa et de sa maman...

Ce flacon de parfum à la senteur florale posée sur le côté de sa coiffeuse lui rappelait l'odeur de sa mère, une douceur incontestable synonyme de bons moments au côté de celle qui l'avait mit au monde. Ce jour d'hiver où la jeune fille découvrait la neige, blancheur candide déversée par les dieux, lui revenait dès lors à l'esprit, elle était heureuse et souriait à pleine dent, ou plutôt du peu de ce qu'elle avait, elle n'avait qu'un an à ce moment là. Il était réconfortant de penser à ce passé où rien n'avait d'importance, où rien ne semblait grave, une époque d'insouciance plutôt confortable, le fardeau de la vie qui pesait sur ses épaules n'était pas non plus de la même ampleur à vrai dire. Elle était maintenant une femme faite, l'héritière de la famille et qui plus est la Princesse de Caralyan, elle se devait d'être à la hauteur et de faire honneur à ceux qui n'étaient plus de ce monde désormais.

La lettre cachetée du sceau de la maison Rosenburg qui trônait sur l'épaisse masse de documents entassés dans les bureaux de son père remémorait à la jeune femme l'Histoire de sa famille, une histoire vieille comme le monde et qui faisait le mérite des membres de cette noble maison. La légende voulait que parmi les ancestrales familles d'Invokeurs, l'une d'entre elles ne soit autre que la maison Rosenburg qui était originaire de Madahine Salee. Durant les anciens temps, leur emprise sur certaines chimères leur avait permis de voyager et de coloniser une île au Nord du Continent de la Brume, l'une d'entre-elles n'étant autre que Madeen. C'est ainsi qu'elle garda trace dans l'Histoire pour la première fois et non moins contente de cela, elle se remarqua par le fait qu'elle fût l'une des plus puissantes familles de ce monde et qu'elle le reste encore de nos jours. Les Rosenburg promurent leur royaume au sommet, rivalisant avec Lindblum et Alexandrie : leur flotte navale n'était plus à contester, leur grande bibliothèque faisait partie des plus complètes au monde et son commerce dynamique l'enrichissait, eux et leur peuple. Par la suite, ils se firent un peu plus discrets jusqu'à la Grande Guerre menée par la Reine Branet où ils y trouvèrent l'opportunité de briller de nouveau sur la scène politique, s'étant sentis délaissés par Lindblum : ils avaient su choisir leur camp, ils étaient restés neutres du début jusqu'à la fin du conflit, personne ne désirait compromettre leurs intérêts après tout. Depuis, cette maison ne cesse d’accroître sa richesse et son influence, n'arrivant certes pas à dépasser Lindblum mais s'y rapprochant dangereusement. Elle aimait se remémorer l'Histoire de sa famille, son père en était si fier qu'une des image qu'elle n'allait jamais oublié était la passion avec laquelle il contait ce récit à ses enfants, ce n'était jamais sans lâcher une petite larme de fierté.

Ce collier de perles n'était pas non plus sans lui rappeler la naissance de son petit frère, un petit être au cheveux d'or qui ne manquait pas de charme. Ashelia l'aimait beaucoup, encore plus depuis le décès de ses parents et elle appréciait sa compagnie sans pour autant ne jamais pousser une suffocation du fait de sa trop forte présence, il pouvait devenir lourd mais malgré un temps de colère, les câlins ne manquaient jamais à l'appel quelques heures plus tard. Elle se souvint du jour où elle s'était rendue à Madahine Salee pour le présenter au temple des chimères en compagnie de son père et de sa mère, une voix lui chuchotait à l'oreille de venir la chercher mais elle n'aurait su dire de qui il s'agissait, elle n'en avait jamais parlé à personne de peur d'être prise pour folle mais elle s'était cependant promis de revenir sur ces lieux afin d'en apprendre davantage sur cette petite voix taquine.

Et puis, cette robe de satin aux teintes émeraudes qui traînait dans la nouvelle penderie de la duchesse, une tenue de noble facture qui n'était autre que l'un des nombreux cadeaux d'Edgar, son oncle. Il était là pour ses neveux, il dorlotait sa nièce afin d'obtenir ses bonnes grâces et ainsi obtenir certains droits sur Caralyan. Ashelia n'était pas dupe, elle savait qu'en bon homme d'affaire il n'y voyait là qu'un moyen de plus pour obtenir le trône et écarter sa nièce de la réussite mais si c'était le prix à payer pour obtenir la reconnaissance tant recherchée, soit, elle allait le payer. Ce n'était au fond pas un homme méchant, il était simplement opportuniste et ce ne lui avait pas fait défaut au vu de sa situation actuelle bien qu'il n'ait pas d'enfants mais peu importait désormais, il avait Ashelia et Jaeherys à ses côtés pour reprendre le flambeau familial. Ils n'avaient jamais été très proches mais cette année de deuil leur avait permis de faire connaissance et de nouer des liens entre eux, il fallait qu'elle s'y fasse mais Edgar se devait d'être comme un père pour elle et son petit frère, il en avait fait la promesse sur le lit de mort de son propre frère.

Pour finir, cette boîte de musique posait sur sa table de chevet était le symbole même de son enfance, une musique qui ne l'avait jamais abandonné et qui avait parcouru les moindres étapes de sa naissance jusqu'à maintenant. Cette douce mélodie au son enivrant était une force pour la jeune duchesse, elle lui permettait de penser tel que Père l'aurait fait et de déjouer arnaques et manipulations, bien qu'elle soit elle même une manipulatrice aguerrie mais ce n'était pas nécessaire de s'étendre sur le sujet. Il était désormais temps de la refermer, elle n'était plus une enfant et il était indispensable pour elle de tourner la page, elle devait se construire un avenir et pour se faire il ne fallait jamais se retourner vers le passé. Sa vie était désormais faite de fanfreluche en compagnie de son oncle, l'ivresse du plaisir quotidien l'attendait à chaque réveil et bals et banquets faisaient de ses journées un feu d’artifice de saveurs et de découvertes : Était-ce donc ça que la vie d'une Princesse dans le monde si restreint de la Haute Noblesse ? Sa vie dans la réalité ne faisait que commencer et elle n'allait sûrement pas tarder à recevoir les réponses de ses nombreuses interrogations.

Ce qui se cache derrière son pc

Mes surnoms : Myrcellou • Myrcechoutte • Myr • Rose :)
Mon âge : 17 ans
Règlement approuvé ? Oui et je ne crois pas avoir vu un quelconque code de vérification :3

Comment j'ai connu ce forum : Top site !
Comment je le trouve : Superbe ♥️

Autre chose à dire : Rejoignez le royaume de Caralyan, fief nordique de la famille Von Rosenburg ♥️





Dernière édition par Ashelia Von Rosenburg le Ven 9 Aoû - 13:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mithra

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 06/08/2013

Feuille de personnage
Niveau: 1
Experience:
60/100  (60/100)
Sorts:

MessageSujet: Re: Ashelia Von Rosenburg, Princesse de Caralyan   Jeu 8 Aoû - 8:30

Bonjour et bienvenue à toi, une nouvelle fois ! Bon courage pour ta fiche.
Et, en effet, il n'y a pas de code à trouver. Il te suffira de signer le sujet prévu à cet effet ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashelia Von Rosenburg

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 07/08/2013
Age : 22

Feuille de personnage
Niveau: 1
Experience:
10/100  (10/100)
Sorts:

MessageSujet: Re: Ashelia Von Rosenburg, Princesse de Caralyan   Ven 9 Aoû - 19:37

J'ai fini ma fiche :)

Bonne lecture ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nightmare
Admin
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 22
Localisation : Mon nom ne suffit pas ?

Feuille de personnage
Niveau: ???
Experience:
0/0  (0/0)
Sorts:

MessageSujet: Re: Ashelia Von Rosenburg, Princesse de Caralyan   Sam 10 Aoû - 12:41

Bonjour et bienvenue, une fois de plus~

Alors, après analyse de cette fiche, je ne vois aucune raison de la refuser, je n'ai vu que quelques coquilles (merci Shanor) vraiment dispersées au niveau de l'orthographe et j'aime bien la tournure. Le quota de ligne est largement respecté et tu gagne donc ta validation avec brio !

Voici donc ton lancé de dés pour voir combien de gils il te reste personnellement ! Comme d'habitude et petit rappel, je fais le jet de dés depuis chez moi et retranscrit le résultat avec sincérité. Résultat : 6+6+6+5+4+2+2+1=32 ! Soit 3200 gils pour commencer l'aventure.

Voilà, je te souhaite de passer de bons moments parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff9rpg.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ashelia Von Rosenburg, Princesse de Caralyan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ashelia Von Rosenburg, Princesse de Caralyan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legend Of Hera :: Le centre d'accueil :: Vos papiers s'il vous plait :: Voici votre laisser-passer-
Sauter vers: