Legend Of Hera

Forum rpg sur le thème de Final Fantasy 9
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fatali C. Concordia

Aller en bas 
AuteurMessage
Fatali C. Concordia

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 15/09/2013
Age : 25

Feuille de personnage
Niveau: 2
Experience:
44/100  (44/100)
Sorts:

MessageSujet: Fatali C. Concordia   Mar 17 Sep - 22:23


Ton identité


Nom : C. Concordia
Prénom : Fatali
Race : Humain
Âge : 16 ans
Sexe : Mâle

Classe : Mage blanc
Statut social : Citoyen
Arme principale : Faux de combat
Type de magie : Magie blanche
Sorts/Techniques : Booster, Boomerang, Furie, Soin, Blindage

Personnage sur l'avatar : Alexander "Sasha" Nikolaevich Hell / Qwaser no stigmata

Ce que tu vois dans ton miroir



Malgré son apparence, le petit Falali à bien 16 ans. Il n'est pas très grand (environ 1m70), plutôt maigre et pas très musclé. Cependant la force contenu dans ses bras est plutôt impressionnante lorsque l'on voit avec qu'elle facilité il peut soulever sa faux plutôt imposante. Commençons par le haut si vous le voulez bien. La couleur de ses cheveux est un blanc un peu foncé, couleur naturelle étrangement, une particularité qui ce transmet de génération en génération au sein de sa famille ecclésiastique. Ses yeux son d'un bleu plutôt clair, un peu comme la couleur de l'eau contenu dans une bouteille d'eau, on pourrai plonger dedans tellement sont regard est perçant. Cependant, une particularité bien propre depuis sa mésaventure lui ayant valu  un bannissement de l'église, est son œil gauche devenant rouge lorsqu'il utilise la magie. Difficile de définir ce qui en est la cause, peut-être cette cicatrice que son père lui a faite à l'aide d'un couteau bénit, prouvant son expulsion de l'église. Cette cicatrice à une forme de croix, partant de son œil, descendant jusqu'à la fin de sa joue. La partie verticale de cette croix fait l'intégralité de son visage, comme si elle coupait celui-ci en deux. Pour la forme de son visage en lui même, il a des traits plutôt fin, une bouche et des lèvres toute aussi fine et un petit nez pour marqué le milieu de ce visage enfantin. Sur son oreille gauche, une boucle d'oreille avec un grenat incrusté à l'intérieur, suivi d'une longue natte de cheveux couleur gris. Le reste de son corps est plutôt basique, un torse et des abdos plutôt bien tracés, des bras un peu plus musclé que le reste de son corps, bien qu'à première vue cela ne semble pas être le cas, lorsqu'il utilise sa faux et donc, contracte ses muscles, on peu voir une certaine différence. Des doigts plutôt fin et pas très usés, ainsi que des jambes et des pieds qui rentre dans la moyenne des humains. Pour ce qui est de l'entre-jambe, je laisse les gentes demoiselles intéressés à savoir ce qui ce cache dans son pantalon.

Passons maintenant à son style vestimentaire. Il est plutôt sombre, souvent portant une cape longue cachant son visage et son corps en intégralité. Cependant le fait de porter une faux de cette taille ne passe généralement pas trop inaperçu. Cela lui pose beaucoup de problème lorsqu'il rentre dans une ville, cependant il trouve toujours un moyen de rentrer sans ce séparer de sa fidèle compagne. Le reste de ses vêtements sont plutôt léger, rien ne le protégeant particulièrement. Une simple veste à capuche noire, sans manches, portant un signe de croix rouge, ainsi que des gants noirs et un pantalon tout aussi noire. Rien de bien original me direz-vous, cependant c'était bien le but recherché. Un garçon tout à fait normal, avec une tenue un peu passe-partout, c'est un peu le résumé de l'apparence de Fatali.


Comment le monde te voit



Fatali est un garçon très calme. Il est très intelligent, réfléchissant toujours à plusieurs coup d'avance que ce soit en combat ou pour une décision plus ou moins importante. Ayant été élevé dans une famille noble, son langage est plutôt soutenu, s'exprimant toujours avec politesse et évitant le plus possible les conflits. Il est cependant plutôt bavard lorsqu'il commence à parler, mais cela compense avec le fait qu'il engage rarement une conversation. Pour ce qui est de sa manière de pensée, disons juste qu'il a sa propre vision du monde. Bien qu'il soit religieux et qu'il croit en dieu, cela ne l'empêche pas de ce demander parfois pourquoi certaine chose ce passe mal, remettant ainsi en cause l'existence de son dieu. Il est très analytique, ne laissant échapper aucun détail. Plus vous apprendrez à le connaître, plus vous découvrirez à quel point il est mature. Sa façon de penser est tout sauf enfantine, il pourrait faire un très bon leader s'il n'avait pas un côté solitaire aussi prononcé. Il n'aime pas la violence, mais il n'hésite pas à y avoir recours lorsque c'est nécessaire, priant ou demandant à chaque fois pardon à son dieu pour ce qu'il va ou s'apprête à faire. Ce qu'il aime par dessus tout c'est la cuisine, dans ses dernières années de voyage, il s'arrête toujours afin de goûter toutes les spécialités d'une ville. Il possède aussi un grand esprit chevaleresque, cherchant toujours à aider son prochain, surtout lorsqu'il s'agit de jeune femme. Mise à part ça, il est une personne tout à fait normal à première vu, ne cherchant rien en particulier.


Ce qui a fait de toi ce que tu es



Chapitre I : L'église d'Alexandrie et la famille C.Concordia.

Fondée dans des temps reculés, l'église dirigée par la famille C.Concordia devint très vite une grande entité à Alexandrie. Religion basé sur le Christianisme, elle offre cependant une plus grande liberté à ses partisans. Ainsi, les prêtres sont autorisés à ce marier et à procréer et la seul condition pour rejoindre l'église, est de jurer fidélité à leur dieu en posant une main sur le cœur devant le crucifie du seigneur. Pour le reste, confession, baptême, présence à l'église, tout ceci n'est pas obligatoire mais conseillé. Ces petits détails insignifiants, mais nécessaire, rallie énormément de gens dans cette religion, donnant espoir au plus désespérée des Hommes, et donnant un toit aux nécessiteux.

Parlons maintenant de la grande famille dirigeant cette église. Il s'agit de la famille C. Concordia, le « C » signifiant « Cantaté » (Mélodie en latin). Cette famille dirige l'église de génération en génération depuis sa création. Ils ont toujours fait un excellent travail, étant toujours juste et offrant toujours leurs aide à ceux dans le besoin. Afin de garder un équilibre, et afin d'éviter les conflits, cette famille à toujours tout fait pour que ce soit leur famille qui dirige cette église, allant même jusqu'à se marier entre frère et sœur. On peut reconnaître cette famille par la couleur blanche de leur cheveux, couleur tout à fait naturelle étrangement, à croire que ce sont de véritable anges venu prêcher la bonne parole. Même si le fait de ce marier entre membre de la même famille peut-être mal vu, au file des années les gens on fini par s'y faire, voyant que malgré cela, la famille était à la limite de la perfection et que l'église n'a jamais perdu de sa splendeur, et à continué de prospérer jusqu'au jour d'aujourd'hui.

Parlons maintenant de cette église aujourd'hui. Celle-ci est toujours debout, toujours aussi belle et connue, seul quelques petits détails ont changés. Maintenant, cette église fait des spectacles, principalement des chants d'églises, mais elle forme aussi bon nombre de mage blanc. En effet, les temps d'aujourd'hui amenant à devoir ce défendre, les monstres dans le continent de la brume étant de plus en plus courant, cette église c'est portée volontaire afin de former une unité de soin spécialisé. Cependant rare sont les personnes aptes à ce genre de magie, il faut véritablement un cœur bon ou bien une très grande intelligence pour arriver à maitriser cet art. La famille C.Concordia sont cependant naturellement doué pour ce genre de magie, délivrant leurs arts à leurs enfants de génération en génération. Une autre exception fut la Princesse Grenat, formé par le prêtre actuel de l'église, John C. Concordia. Cependant celle-ci était peut-être trop douée, si bien qu'à un certain âge, la Princesse Grenat n'avait plus rien à apprendre du prêtre. Celle-ci a, par la suite, beaucoup contribué à faire connaître cette église, demandant à sa mère de subventionner l'église lorsque besoin est. L'église était donc de plus en plus prospère, la Princesse Grenat leur donnant le soutien nécessaire afin d'évoluer dans le bon sens, si bien que en quelques années, l'église avait ouvert une école pour enfant nécessiteux, un centre d'hébergement et une petite école de magie blanche. L'avenir s'annonçait joyeux, une Princesse amenée à devenir une grande Reine et bien sûr, le fils du prêtre de l'église devenant de plus en plus compétent pour prendre la relève.

Chapitre II : Eden C.Concordia, naissance et jeunesse du fils prodige.

Nous sommes en l'an 1784, un heureux événement vient d'avoir lieu dans l'église de C.Concordia. Alors que le soleil vient de montrer le bout de son nez, une belle lumière couleur arc-en-ciel vint éclairer la pièce dans laquelle un petit être vient de voir le jour. Il s'agit du petit Eden C.Concordia, fils du prêtre John C.Concordia, prêtre actuel de l'église. Après le baptême du jeune garçon, une petite fête fut organisé. Des chants lyriques, des présents venant des partisans de tout les coins arrive pour saluer le nouveau née amené à devenir le nouveau dirigeant de l'église. Les années à venir s'annonce particulièrement radieuse pour l'église C.Concordia qui voit son nombre de partisans augmenter, et qui ce fait enfin reconnaître dans le royaume d'Alexandrie.

Les années s'écoule rapidement, Eden est alors âgé de 6 ans. Un événement majeur se fait alors entendre à Alexandrie : La Reine va adopter une jeune fille alors orpheline. Les circonstances de sa présence à Alexandrie sont alors inconnue, de même que la raison qui a poussé la Reine à prendre soin de cette jeune fille, cependant cela marque la naissance d'une Princesse. Avec cet événement majeur, une grande fête va avoir lieu et cela donne l'opportunité à l'église de faire chanter ses enfants de cœurs. Au centre de cette ribambelle d'enfant, Eden, un véritable ange qui rend fier ses parents. Il avait subit une formation très stricte, que ce soit du point de vue physique ou mental. Cour de magie blanche, évidemment, mais aussi histoire du monde, mathématique etc. tout ce qui peut aider dans ce monde en faite. Pour ce qui est du physique, un peu de Tai-chi pour canaliser sa colère, mais aussi des cours d'art martiaux mixte, afin de savoir ce défendre en cas d'agression. Après tout, le monde n'est plus aussi sûr qu'avant. Dans tout ces domaines, Eden était excellent partout, mais il possédait aussi une voix superbe et angélique. Cependant quelque chose inquiétait un peu les parents de ce petit ange. En effet, le jeune garçon était plutôt renfermé et très peu bavard, il ne parlait que pour répondre à des questions et n'avait aucun ami. Cet événement était l'occasion pour lui de s'ouvrir un peu pensèrent les parents. D'ailleurs en parlant d'événement heureux, la mère de Eden, Mathilda C.Concordia, était enceinte depuis maintenant 7 mois. Espérons que ce soit une fille, elle serait alors promise à son frère Eden afin de perpétuer la tradition de la famille. Cela ne le gênait absolument pas, il y avait été préparé dès son plus jeune âge. Les parents pense que plus tôt les enfants le savent, mieux ils accepteront cela. Bref, mise à part cela, le « concert » pour le couronnement de la Princesse ce passa excellemment, mais les espoirs pour que Eden s'ouvre au autre ne semblait pas avoir aboutie.

Une nouvelle année c'était écoulé, Eden était toujours le même, toujours aussi bon élève et toujours aussi renfermé. Il était alors plongé dans un bouquin lorsque sa mère le tira de celui-ci. Derrière elle une petit fille était présente, des cheveux longs et détaché arrivant à ses épaules, et des vêtements plutôt élégant et de bonne famille. Une autre voix ce fit alors entendre et une autre personne arriva dans la pièce. Celui-ci était tout petit, une jolie barbe rouge et un nez plutôt prononcé prenant la moitié de son visage. Des petites lunettes posé sur ce nez si imposant que celui-ci remit en place avant de s'approcher de moi.

«  Alors, voilà donc le jeune Eden d'on j'ai tant entendu parler. Il est vrai que tu semble intelligent ! Tu es déjà plongé dans un livre aussi complexe pour ton jeune âge ! Oh désolé je ne me suis pas présenté, je suis Maître Toto, je suis une sorte de professeur particulier. Je voulais te présenter quelqu'un qui va suivre le même programme d'entrainement à la magie blanche que toi, approche donc Grenat n'ai pas peur ».

La jeune fille caché alors derrière la mère de Eden mit un peu temps avant de ce décider à avancer. Elle semblait assez timide et regardait ses pieds sans rien dire. Eden la regarda un moment sans trop y prêter attention, il replongea ensuite directement dans son livre laissant sa mère pousser un soupir. Maître Toto ne semblait pas trop savoir quoi faire pour détendre l'atmosphère, mais, à vrai dire, il n'en avait pas vraiment eut le temps. Mathilda venait tout juste de perdre les eaux, devant les yeux ébahit de Maître Toto qui courut immédiatement chercher le père John. Celui-ci arriva à peine une minute plus tard et ramena la mère de Eden dans son lit, celle-ci en train de mettre au monde le frère ou la sœur de Eden. Eden restait calme, il savait ce qu'il ce passait, mais la Princesse, elle, semblait paniquer avec l'absence de son tuteur. Eden ce contenta de la prendre par la main et de la regarder, toujours inexpressif. Celle-ci le regarda étonné et s'assied prêt de lui pendant qu'il lui tendait un autre bouquin pour qu'elle puisse le lire. Ce fut le premier contact de Eden avec une personne de son âge.
Après plusieurs heures de travail, Eden et Grenat furent invités à rejoindre la mère du jeune garçon dans sa chambre afin de voir le nouveau née.. Enfin les nouveaux nés je devrais dire plutôt. En effet, la jeune femme avait mis au monde des faux jumeaux, un garçon et une fille. Grenat était éblouie par la venue au monde de ces merveilleux bébés. La réaction d'Eden étonna par contre toutes les personnes présentent. Il s'approcha des deux enfants et les enlaça doucement, fermant les yeux et posant son front sur chacun d'entre eux. Ce geste il l'avait lu dans un livre. Cela signifiait pour lui un engagement envers ces deux frères et sœurs. Il ce jura intérieurement de les protéger et de prendre soin d'eux. Ce fut l'acte le plus émouvant que cette famille connue, les larmes coulants sur le visage de toutes les personnes présentent. Pour la première fois, Eden avait montré ses sentiments.

Chapitre III : Choix difficile, Naissance de celui que l'on nomme « Fatali » .

Les années avaient défilées, l'entrainement de la Princesse et de Eden était maintenant à son terme. Durant les années ou les deux enfants s'entrainèrent, Eden n'avait plus montré ses sentiments comme lors de la naissance de ses cadets. Cependant cela ne semblait pas gêner la Princesse, elle disait que c'était bien comme ça, qu'Eden était juste un enfant calme mais très gentil. En effet, il était cependant très proches de son frère et de sa sœur avec qui il jouait souvent. Il ne montrait cependant aucun sourire ni de colère, il ce contentait de s'en occuper comme un grand frère modèle. Eden et Grenat avait alors 9 ans lorsque leur compétence en magie blanche surpassa celle du père John. Grenat avait donc cessé de venir à l'église pour poursuivre sa formation de Princesse. Eden n'avait montré aucune tristesse lors de cette séparation et il continua sa propre formation de prêtre. Décidément tout lui réussissait, son père ne savait plus trop quoi lui apprendre, il l'avait donc laissé gérer ses propres études pour la suite.

Trois ans plus tard, l'église C.Concordia avait alors pris beaucoup d'ampleur dans la ville d'Alexandrie. Grâce à l'appuie de la princesse, une école pour les enfants pauvres avait alors vu le jour, puis un lieu d'hébergement pour les sans-abris et enfin une petite école de magie blanche dirigé par la mère de Eden. Cependant, un événement plutôt tragique arriva l'année suivant le départ de Grenat de l'église, la mort du Roi. La cérémonie étant réservé au proche, Eden n'avait pas pu voir la Princesse lors de ce funeste jour, cependant toute la ville fit un hommage au défunt Roi. Le monde continua cependant de suivre son cours.
Eden, alors âgé de 12 ans, aidait ses parents dans leurs actes de charités. Il était professeur dans l'école de magie blanche et il partait souvent avec l'équipe de soin pour soigner les soldats revenue de mission. D'ailleurs, c'est après une mission de ce genre qu'un événement allant chambouler toute la vie de cette belle famille allait voir le jour. Il était peut-être 2h du matin, les soins pour un soldat grièvement blessé avait durée un peu plus longtemps que prévu, si bien que Eden était resté seul pour ne pas que les autres mages blancs ne tarde trop à rejoindre leur famille. Il rentrait tranquillement vers l'église lorsqu'il entendit un bruit sourd provenant de celle-ci. Il y entra précipitamment et assista à un spectacle plutôt horrible. Un homme, plutôt grand et baraqué, était présent dans l'enceinte de l'église, une hache couverte de sang étant dans sa main gauche, la sœur de Eden étant dans sa main droite. Il la tenait par ses vêtements, elle semblait assommée. Le sang provenait de son père, qui venait d'être blessé à l'épaule par la hache. L'homme courut alors en direction de Eden afin de s'enfuir. Celui-ci resta aussi calme qu'à son habitude et pris son bâton pour frapper violemment l'homme accourant vers lui droit sous le menton. Le choc fut tel que celui-ci tomba en arrière, lâchant la jeune sœur de Eden, qui s'empressa d'aller la récupérer avant qu'elle ne ce fasse mal. Eden déposa sa sœur pendant que l'ennemie était encore sous le choc, puis il ramassa la hache que celui-ci venait de lâcher. Il s'approcha doucement de l'homme masqué, suppliant pour sa vie, et alors que Eden allait le tuer, son père lui hurla de ce stopper. Celui-ci s'arrêta un instant et regarda son père.

«  Eden non, tu ne dois pas souiller ton âme en tuant cet homme. Tu as sauvé ta sœur et je suis encore en vie, il n'y a aucune raison d'en venir à une telle extrémité alors calme toi s'il te plaît. »

Eden regarda son père sans dire un mot et il positionna la hache sous la gorge de l'homme masqué.

- Père, je suis très calme. Cependant je réfléchis autrement, cet homme à surement agis de lui même, il ne semble pas être un professionnel. Cela implique que s'il disparaît, il n'y aura pas de représailles. Si nous le laissons fuir cependant, il pourrait toujours s'attaquer de nouveau à ma sœur, et je me suis juré de la protéger. Ce genre d'individu n'a pas de raison d'être, désolé père, tel est mon raisonnement. Dieu, Ô toi qui est si puissant, comprend ma décision et pardonne moi ce pêché que je m'apprête à accomplir. Amen.

Eden trancha net le cou du malfaiteur, laissant une coulée de sang ce rependre sur le sol, la tête ce détachant du corps encore entrain d'avoir des spasmes. Les parents de Eden n'en croyaient pas leur yeux, ils détournèrent leur fils du regard et allèrent soigner la blessure du prêtre. Eden ramena sa sœur dans sa chambre, puis il ramassa le corps et le livra aux amazones alors sous le choc d'une telle atrocité.

Le lendemain, les amazones ayant conclut à un acte de légitime défense ne demandèrent rien à Eden pour ce qui c'était passé. Cependant le père de celui-ci n'était pas tout à fait d'accord avec cette décision. Il appela son fils devant l'autel de l'église, puis il sortit une lame baignant dans de l'eau bénite. Il s'approcha alors de Eden, à genoux devant son père, et lui releva la tête.

«  Mon fils, sache que ce que je m'apprête à faire me déchire le cœur, cependant je ne peux laisser passé les événements d'hier. Tu as, non seulement tué un homme désarmé, mais en plus dans un lieu sacrée. Je ne peux laisser mon église à un homme ayant causé un acte aussi impardonnable. Je te bannis, plus jamais tu n'auras le droit de venir dans cette église. De plus, je vais t'apposer la marque de la honte, ainsi tout les partisans sauront que tu as commis un péchés impardonnable et que tu n'as plus ta place au paradis. »

Eden ne dit rien et laissa son père faire. Celui-ci pris le couteau, et commença à dessiner une croix sur le visage de son fils. Eden ne bougea pas d'un pouce pendant le rituel, son père, lui, tremblait en faisant subir cela à son fils. Eden lui prit la main pour qu'il continue, jusqu'à ce que la marque soit achevée. Il se releva, puis s'inclina légèrement devant son père alors en larme.

- Père, je sais que je t'ai beaucoup déçu, cependant je voudrais t'expliquer la raison de ma conduite. Sache que je n'ai pas agit sans réfléchir et sans connaissance de cause, je ne suis pas bête et je me rappel chaque chose que tu m'as apprise. Cependant avant de tuer cet homme j'ai pris une décision importante. Te rappel-tu la mort du Roi ? Je suis sur que Grenat était très peiné par la mort de son père. Lorsque j'ai vu cet homme dans l'église, j'ai ressentie ce qu'on appel la peur. La peur de perdre un membre de ma précieuse famille. J'ai alors décidé de suivre ma propre voix, et d'essayer de changer le monde à ma façon. Je passerais vous rendre visite de temps en temps, mais je ne rentrerais bien sûr pas dans l'église. Je tiens à ajouter une dernière chose. Je ne suis désormais plus digne de porter mon nom de baptême. Je porterais donc désormais le nom de « Fatali ». Ça sera tout, Adieu père et merci.

Le père de Eden tomba alors sur les genoux, ne pouvant retenir ses larmes. Il savait bien que son fils n'avait pas vraiment fait quelque chose de mal, cependant les règles sont les règles. Ce choix fut le plus difficile de sa vie certainement, cependant il y était obligé pour maintenir l'ordre au sein de cette religion. Eden allait alors passer les portes de l'église lorsque sa mère arriva prêt de lui, lui apportant un étrange bijou scintillant en rouge.

«  Mon fils, voici un présent de la Princesse pour ton départ. Après cet événement, elle à appris pour ton bannissement et a voulu te donner ceci. Il s'agit d'un Grenat, attaché à celui-ci, une natte des cheveux de ton frère et de ta sœur. Ils ont absolument tenu à ce que tu gardes un souvenir d'eux. Maintenant part mon fils .. Je t'aime tellement, prend soin de toi »

Fatali pris le bijou en question et l'accrocha à son oreille gauche, avant de passer la porte de l'église, ce dirigeant vers la sortie d'Alexandrie.

Chapitre IV : Une mission, le monde change.

Voilà maintenant 4 longues années que Fatali a quitté Alexandrie. Durant ces longues années, il n'avait pas fait grand chose si ce n'est voyager. Il avait appris à manier la faux, devant ce battre contre des monstres, la magie blanche seul ne lui suffisait pas pour ce défendre. Pourquoi la faux me direz-vous ? Et bien surement parce que celle-ci représente la mort. Fatali ne tue pas, sauf s'il y est obligé. Avant chaque meurtre, même de créature, il prie intérieurement pour la personne ou la bête qu'il s'apprête à trancher. Son long voyage l'a mener un peu partout, Lindblum, Bloumécia, Clayra etc. Un vrai globe trotteur. Pour pouvoir vivre, il aide généralement comme il peut dans les villes ou il passe, prenant ce qu'on lui donne après un service rendu. Il élimine aussi des groupes de monstres menaçant la sécurité des habitants contre une maigre rémunération. Cependant des événements récent lui ont fait arrêter son voyage. En effet, d'après certaine rumeur, la Princesse Grenat ce serai faite enlever lors de la représentation d'une pièce sur l'aérothéâtre. Cela aurai un rapport avec les récentes activités louche de la Reine d'Alexandrie ? Oui.. Cela ne fait surement aucun doute. Lorsqu'il apprit cela, Fatali était bien loin d'Alexandrie. Il ce trouvait dans un petit village reculé dans les montagnes où il avait entendu d'étrange rumeur concernant la disparition de certain adulte. Cependant, le sort de la Princesse l'inquiétait bien plus que de simple rumeur. Il réfléchit un instant, si l'aérothéâtre avait effectivement était détourné, alors l'endroit le plus approprié comme destination était certainement Lindlum. Cependant, vu la distance, il serait plutôt difficile de rejoindre Lindlum avant que ce gros bateau volant n'arrive dans la ville. Fatali réfléchissait tête posé lorsque le papy qui l'hébergé le réveilla de ses pensées avec un café plutôt rare appelée « Kilimandjaro ».

- Je vous remercie beaucoup mon brave. Dite moi, connaissez vous le moyen le plus rapide pour parvenir à Lindblum d'ici ?

«  Bien entendu ! Pas plus rapide que l'cargo m'voyez ? Il passera demain dans la journée p'tit veinard ! J'parlerais avec un d'membre s'tu veux, ils te laisseront monter. C'qui sont pas très bavard les bestiaux, alors j'pense pas qui m'front du chichi pour un passager. »

Fatali remercia grandement le vieillard, puis il prit le cargo comme indiqué par celui-ci.
Cependant à son arrivé, il appris que l'aérothéâtre c'était écrasé avant d'arriver. Impossible de savoir où cependant, cela rendait vraiment inquiet le jeune albinos. A ce stade, il ne pouvait pas faire grand chose de toute manière. Il n'avait pas le pouvoir d'aider maintenant, même s'il le voulait, alors autant continuer son voyage pour le moment. Cet événement avec la princesse lui restait en tête, peut-être arriva t'il à la trouver dans son voyage .

Les jours, puis les mois défilèrent. Plus de nouvelle de la Princesse, cependant il semblerait que la Reine Branet agis de manière de plus en plus étrange ces temps-ci. Les rumeurs, qui ce confirmèrent par la suite, était des plus inquiétante. Apparemment Clayra aurait été entièrement détruite par la Reine, chose que Fatali avait du mal à croire. En effet, la Reine avait toujours était une femme juste, ce soudain changement de comportement était inquiétant. A cette période, Fatali était en continuel mouvement, il s’entraînait surtout à manier sa faux, armes dont il n'avait toujours pas vraiment l'habitude. Le fait que l'on est pas de nouvelle de la princesse était un mal comme un bien, au moins aucun écho sur la mort de celle-ci. Les informations filtraient difficilement depuis que les événements s’enchaîne, Alexandrie semble ce lancer à la conquête du monde ! Les attaques s’enchaîne, et même Lindblum ne fut pas épargné par la Reine Branet. Ceci ne pouvait plus durer. Lorsque Fatali appris toutes ces atroces nouvelles, il était dans ce que les gens appellent le "continent extérieur". Il avait trouvé cet endroit totalement par hasard, ce promenant dans un marais à la recherche de grenouille à cuisiner. C'était un endroit où la brume n'avait pas lieu d'être, cependant les monstres présents était bien plus fort et de même, l'endroit semblait très peu peuplé. Il était donc assez éloigné d'Alexandrie, mais cela ne le bloqua pas et il ce mit de suite en route pour son ancienne patrie.

Décidément, le monde ne tourne plus rond. Fatali était enfin arrivé à Alexandrie après un très long voyage. Cependant la situation dans la ville avait un peu changé, la Reine Branet était décédée. Bien qu'elle est commis des atrocités sans nom depuis peu, Fatali éprouvait un peu de peine quant à cette nouvelle. Non pas vis à vis de la Reine, mais plus vis à vis de la Princesse qui était maintenant une orpheline. D'ailleurs, il semblerait que celle-ci soit en vie ! Énorme soulagement pour le jeune homme, après tout, il s'agit de la seule personne à qui il n'est jamais réellement parlé en dehors de sa famille et encore. Même s'ils ne ce parlaient pas pendant les entraînements ou très peu, Fatali était quand même un peu attaché à la jeune fille. Un peu comme un frère s'inquiétant pour sa soeur.

Finalement, la nuit tombe sur le royaume et Fatali ce décide à aller faire un tour au niveau de son ancienne maison, l'église C.Concordia. Fatali ne pouvait plus rentrer dans l'église, cependant il jeta tout de même un coup d'oeil discret afin de voir si son frère et sa soeur allaient bien. Il semblerait que tout aille bien, ils étaient dans leurs lits, dormant paisiblement, de vrai petit ange. Cela rassurant un peu ce grand frère modèle qui repartit, tournant le dos une nouvelle fois à l'église. Il ne c'était pas trop éloigné, question de nostalgie je suppose, il se contenta de monter sur les toits pour regarder l'horizon, ce demandant ce qu'il allait faire maintenant. Il avait bien voyagé mais jamais avec un véritable objectif .. Il errait un peu comme un vagabond, cherchant à combattre le crime un peu partout comme un justicier. Cependant il ne pouvait pas vivre longtemps comme ça, il s'allongea sur ce toit, regardant le ciel, quand quelque chose attira son regard. Une ombre gigantesque sembla arriver dangereusement vers Alexandrie, quelque chose de bien plus gros qu'un vaisseau. Ce n'est que lorsque cette ombre lança un éclair enflammée que Fatali le reconnue : Bahamut, le roi des dragons. Mais que pouvez t'il bien faire ici ? Et pourquoi détruit-il la ville ? Tant de questions mais aucune réponse. Fatali commença à aller vers la zone où est tombée la première boule de feu, cependant il aperçu alors des créatures immondes apparaître tout près de l'église C.Concordia. Eden ne perdit pas de temps et sauta directement du toit, brandissant sa faux en l'air et retombant, tranchant l'insecte étrange d'un seul coup. Cependant celui-ci s'avère plus résistant qu'à l'accoutumé, La faux avait en effet pénétrée dans sa chair, cependant elle resta coincé pendant un moment, donnant à l'insecte l'opportunité de frapper Fatali pendant qu'il tentait de retirer sa faux. Le choc fut rude et le monstre s'apprêtait à achever Fatali lorsqu'un rayon de lumière vint lui redonner de la vigueur. Il put alors parer le coup et s'éloigner avant de s'apercevoir que ce sort venait de son père.

<< Ed.. Non Fatali, que fais-tu ici ? Bon laissons cela de côté pour le moment, ce sont des créatures démoniaques qui sont arrivé au même moment que le seigneur Bahamut. Il faut les arrêter avant que l'église ne s'écroule, t'es cadets sont en danger alors montre moi ta détermination, mon fils ! >>

Fatali sourit pour la première fois de sa vie, ce ne fut qu'un léger sourire sur le coin des lèvres, mais les paroles de son père suffirent à lui redonner du courage. Il courut en direction du monstre et lui donna un violent coup de Faux avant d'esquiver son coup de tête. Cependant les douleurs de la dernière attaque ce faisait encore sentir, si bien que son père décida de lui relancer un sort "Soin". Mais un événement inattendu arriva, le monstre fonça alors soudainement sur le père de Fatali, interceptant du coup le sort de Soin. Après une grande frayeur de la part du jeune garçon, le monstre s'arrêta soudainement de bouger. Fatali s'approcha de lui et vit que le monstre était mort. Le sort de soin l'aurait donc tué ? Il est vrai que certaine créature sont sensible aux capacités de soin, notamment les morts vivants. Cependant cette créature ne semblait pas de ce type à première vu. Le père de Fatali l'avait lui aussi compris, il s'approcha alors de son fils et lui posa une main sur l'épaule.

<< Mon fils, va aider les gens de la ville, maintenant que nous savons que les sorts de soin affecte ces créatures, nous pouvons nous défendre seul. Je vais regrouper l'unité spécial de soin et nous te rejoindrons >>

Fatali acquiesça et ce dépêcha donc de ce rendre sur les lieux des attaques.
Une fois en position, il n'y avait que deux monstres sur les lieux, cependant certain villageois était en danger. Il accourut pour protéger l'un d'eux, stoppant l'attaque avec sa faux, puis il utilisa "Soin" afin de l'affaiblir. Le monstre recula sur l'effet du sort, permettant au villageois de s'enfuir, mais à deux contre Fatali, le combat risquait d'être vraiment difficile. L'un des monstres attaqua alors le jeune garçon qui esquiva avec habileté et réutilisa soin pour finir la créature. Cependant la seconde ne perdit pas de temps et allait donner un coup violent dans le dos de notre protagoniste que n'avait aucun moyen de ce défendre. C'est alors qu'un flash de lumière aveuglant apparut, tuant le monstre d'un seul coup. Fatali regarda alors d'où provenait cette lumière et vit le général Bait, capitaine des Amazones.

<< Toi là ! Je sais que le moment est mal choisi mais tu semble compétent, j'aimerais que tu aille voir ce qu'il ce passe au château et que tu me fasse un rapport. La Princ.. Reine m'a ordonné de défendre la ville alors ne t'en fait pas, je m'occupe de ce secteur va et fait attention à toi .>>

Il semblerait que dans cette panique, la moindre personne ne semblant pas être hostile à Alexandrie était une personne de confiance. C'était un peu risqué de la part du général Bait de faire confiance à Fatali, cependant il préféra ne rien dire sur le jugement d'une femme aussi expérimentée. Fatali remonta donc sur les toits en allant en direction du château. Cependant un coup de vent violent vint stopper sont avancé. Bahamut était toujours là, mais il semblait étrangement ce stopper, regardant le château. Fatali tourna le regard vers celui-ci et vit alors un spectacle des plus impressionnants. Le château avait des ailes ! D'une taille gigantesque et sa structure semblait avoir un peu changé. Ce spectacle stoppa Fatali net, ne sachant pas quoi faire face une telle apparitions de Titan. Bahamut devint alors fou de rage et balança de multiple boule de feu sur le château qui ce protégea aisément avec ses ailes. Mais celui-ci sembla ne pas être enclin à rester sans rien faire, il balança de multiples rayon de lumière, terrassant le Roi des Dragons.
Le combat était d'une telle intensité que Fatali ne pouvait presque pas se tenir convenablement sur les toits, cependant il ce reprit et courut en direction de ce château ailé donc.

Sur le chemin, un autre monstre était présent. Fatali ne comptait pas s'en mêlait, cependant il vit un enfant à terre, caché derrière des rochers pour ne pas ce faire attraper par la bestiole. Le jeune albinos ne pouvait pas laisser passer ça, il courut alors en direction du monstre et lui planta sa faux dans le dos. Le monstre se tortilla de douleur, donnant l'occasion à l'enfant de fuir. Fatali tenta alors de retirer sa faux profondément incrusté, mais impossible. C'était une sorte de Rodéo qui ce dressait là, mais finalement le monstre l'emporta, projetant Fatali contre le mur, tête la première. Du sang coulant de sa tête, il voyait alors le ciel, sa vision commençant à ce troubler. Le ciel était sombre, mais une lueur rouge apparut alors dans le ciel, donnant l'impression peu après qu'un oeil regardait la scène. Ce fut la dernière vision de Fatali avant qu'il ne sombre dans l'évanouissement.

Le lendemain, Fatali ouvrit légèrement les yeux. Il était dans un lit, étrangement familier. Oui .. C'était sa chambre. Elle n'avait pas changé d'un pouce, on pouvait y apercevoir la pile de bouquin qu'il avait l'habitude de lire et sa lampe de chevet. Il voulut alors ce lever, mais il remarqua alors sur les côtés la présence de son frère et de sa sœur. Il resta donc allongé et caressa doucement les cheveux de ceux-ci. Il entendit ensuite la porte s'ouvrir doucement, et sa mère apparaître avec des serviettes et une bassine d'eau chaude. Il lui sourit et arriva près de lui, changeant la serviette qu'il avait sur le front.

<< Bonjour mon fils, je suppose que tu te demande ce qu'il c'est passait. Après ta confrontation avec le premier " Baskerville ", ton père et moi avons réuni les membres de notre brigade spéciale et avons mis les enfants en sécurité. Nous nous dirigions vers le château lorsque nous t'avons trouvé en difficulté face à une autre de ces créatures. Nous l'avons tué et nous t'avons alors ramené ici. >>

- ... Et le château, qu'est-il arrivé à la Princesse ?

<< La Reine est sauve. Elle est maintenant officiellement Reine d'Alexandrie, ou du moins ce qu'il en reste. Nous n'avons pas encore de détail pour la suite des événements, mais on nous communiquera ce que nous devons faire au plus vite. >>

Fatali ne dit rien et ce contenta de ce relever doucement sans réveiller ses cadets. Il sortit doucement du lit et les porta jusqu'à celui-ci avant de les couvrir avec les couvertures. Il prit alors sa faux et ses affaires avant de ce diriger vers la sortie de la pièce sa mère ne disant rien.

- Mère, merci de m'avoir sauvée, je vous promet de ne pas vous faire honte une nouvelle fois. Dite à père que je le remercie aussi. J'ai enfin trouvé un but à ma quête, je retrouverais les coupables de cette attaque et je les tuerais de mes mains.

Fatali sorti sans même attendre une réponse de sa mère. Cette événement était un véritable déshonneur pour lui, il avait non seulement failli à sa tâche de protéger ses cadets, mais en plus il eut besoin de l'aide de son père. Même si pour les parents il s'agit d'une chose naturelle, Fatali ce trouve faible et ne veut plus jamais que ce genre d'événement ce reproduise. C'est bien décidé à devenir plus fort et à ce venger, qu'il poursuivit ça quête à travers Héra.






Ce qui se cache derrière son pc

Mes surnoms : Je vous laisse le soin de m'en choisir un.
Mon âge : 20 ans
Règlement approuvé ? Bien entendu.

Comment j'ai connu ce forum : Top-site
Comment je le trouve : Vraiment très bien réalisé, que ce soit graphiquement ou pour les règle et l'univers.

Autre chose à dire : Nop.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nightmare
Admin
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 22
Localisation : Mon nom ne suffit pas ?

Feuille de personnage
Niveau: ???
Experience:
0/0  (0/0)
Sorts:

MessageSujet: Re: Fatali C. Concordia   Sam 21 Sep - 8:52

Bonjour et bienvenue, une fois de plus.

Après t'avoir fait endurer divers modifications, nous voici enfin à la validation ! Bien, l'histoire est longue est entrainante, dommage que quelques incohérences viennent ternir un peu le tout, mais on reste accroché à l'histoire de ce mystérieux personnage qui est vraiment intéressante. Ainsi donc tu mérite bien ta validation, encore merci pour les précisions apportés !

Bien, maintenant il faut décider de ta somme de départ, le jet de dés qui va suivre est fait maison car le système du forum est complexe a mettre en place et autre. Voici donc le résultat retranscrit avec la plus grande sincérité : 6+6+3+2=17 soit 1700 gils dans ta bourse ! Comme quoi, la quette de l'église semble porter ses fruits !

Sur ce, je te souhaite de passer de bons moments parmi nous, amuse toi bien !
Nightmare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff9rpg.forumactif.org
 
Fatali C. Concordia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legend Of Hera :: Le centre d'accueil :: Vos papiers s'il vous plait :: Voici votre laisser-passer-
Sauter vers: